Rechercher
  • Sandrine Muller-Bohard

Interview de Sandrine MULLER par Maeva COURTOIS





Lien du site ci-dessous :


[DOSSIER] Karma, vies antérieures, mission de vie… Qu’en est-il ? – Lunastrea (wordpress.com)


[DOSSIER] KARMA, VIES ANTÉRIEURES, MISSION DE VIE… QU’EN EST-IL ?

13 MARS 2022 | LUNASTREA

Karma, vies antérieures, corps, présent, mission de vie… : comment naviguer à travers ces notions au fil de l’existence ? Il y a quelques mois, j’ai eu la chance de m’entretenir avec la guérisseuse et auteure Sandrine Muller de la chaîne Sandrine Muller et du blog « La Dimension Intérieure » autour de la notion du Karma. Ce fut un moment extrêmement enrichissant suite auquel j’ai pu réaliser le dossier que vous trouverez ci-dessous afin d’obtenir toutes les réponses aux questions que vous vous posez. Une infinie gratitude envers Sandrine qui est une des plus belles âmes de ce Monde. Merci, merci, merci ♥ En espérant que cet entretien vous plaise. Alors que nous étions jusqu’à présent bien ancrés dans la 3D, nous entrons petit à petit vers une nouvelle ère, celle de la 5ème Dimension. Celle-ci est construite autour des valeurs de la bienveillance, de la compassion, de l’harmonie, du respect de soi et des autres… Une ère bien plus légère en fréquence qui ne rime que par Amour. Toutefois, pour accéder à cette 5ème Dimension, nous nous devons d’être vierges. Vierges de toute erreur et faute commise, vierges de toute épreuve non résolue, dépourvus de toute phobie… A partir de maintenant, les personnes qui vont se réincarner ne se réincarneront pas avec une dette karmique. Il faut donc être léger pour entrer dans la 5ème dimension. A ce titre, la vie et l’Univers agissent pour que chacun expérimente des traumas qui ont des rapports directs avec son Karma et nœuds karmiques, tout ceci pour lui permettre de s’en affranchir. Le Karma, de la racine verbale kr- signifiant « acte », est une loi universelle et énergétique à laquelle il est impossible d’échapper. C’est une loi de l’action-réaction où est récolté ce qui a été semé. « Nous avons tous tué, torturé ou violé quelqu’un. Ceux qui sont d’instinct dans la spiritualité sont des personnes qui ont tué au nom de Dieu. C’est-à-dire que nous avons pu être un chef incas qui a immolé des enfants pour le Dieu Soleil, nous avons pu être un druide qui a dû faire des sacrifices. Si de lire ceci vous donne des frissons, vous met mal à l’aise, c’est que cela est vrai, juste. La personne doit faire une introspection pour se pardonner afin de se libérer pour aller vers la 5D. C’est l’étape ultime pour réconcilier le noir et le blanc, pour s’affranchir de son karma, de pardonner ce qu’on a pu faire de pire. « Moi, en mon âme et conscience, je choisis d’aller vers le meilleur ». A l’origine, seuls les grands maîtres yogis pouvaient échapper à leur Karma puisqu’il est possible de s’en affranchir dès lors qu’un certain stade d’évolution, d’éveil, a été franchi. Or, nous sommes maintenant dans une ère où les maîtres yogis ne sont plus les seuls à devoir et pouvoir s’affranchir de leur karma et ce, dans l’optique d’entrer dans la 5ème Dimension notamment. Les enfants Crystal, qui sont des âmes humaines étant passées par des planètes éveillées et venant donner un coup de main sur Terre pendant cette période de transition 3D/5D, ont commis des fautes, fait des erreurs etc, mais ils sont affranchis de leur Karma puisqu’ils ont accepté de baisser leur vibration pour venir sur Terre et aider les autres âmes. Alors, pour pouvoir s’affranchir de son Karma afin de pouvoir entrer dans l’ère de la 5ème Dimension, il est important d’en prendre conscience. Comment se manifeste-il dans nos vies ? Comment pouvons-nous savoir que nous expérimentons les fruits de notre Karma ? Les phobies, lorsqu’elles sont inexpliquées, sont les conséquences d’un Karma chargé. Nous parlons alors de blessures karmiques qui sont les manières traumatiques dont nous sommes décédés. « Je peux prendre l’exemple d’une de mes patientes qui un jour est venue me voir car sa phobie était de fermer les yeux. Dès lors qu’elle voyait le noir, elle était en panique, ce qui était très problématique notamment pour s’endormir. Elle n’a pas pu poursuivre ses thérapies puisqu’elle ne pouvait fermer les yeux lorsque les thérapeutes le lui demandaient. Je suis donc retournée dans ses vies antérieures et je l’ai vue monter sur un échafaud pour se faire pendre. Il y avait plein d’autres personnes sur la place publique. Il y avait toutes ces potences et lorsqu’on les mettait en place, on mettait le capuchon, puis la corde et « clac », on pendait. L’obscurité était donc la dernière chose qu’elle avait vue avant de mourir. Elle a ainsi associé que dès lors qu’elle voyait le noir, elle mourrait immédiatement. C’était resté dans son énergie. Au moment où je lui ai verbalisé cela, je me suis dit que je devais le lui prouver. Il se trouve qu’elle avait un col roulé, je le desserre et je remarque plein de taches rouges sur son cou, comme des taches de naissance. Je me suis exclamée en lui disant « regarde, c’est la trace de la corde » suite à quoi, elle me répond toute gênée qu’il s’agit de marques faites par son compagnon. Mais finalement, c’était comme si le « hasard », avait prévu de lui faire faire un stigmate pour qu’elle puisse entendre qu’elle était sa vie antérieure pour qu’elle puisse s’en débarrasser. » Ainsi, une mort provoquée par une noyade dans une vie antérieure peut expliquer une phobie de l’eau qui n’aurait, dans cette vie, aucune raison valable d’être. Au-delà des phobies, les maladies psychologiques peuvent être également liées au Karma. Par exemple, beaucoup de personnes anorexiques et boulimiques sont des personnes mortes de faim dans une vie antérieure. Inconsciemment, les personnes boulimiques vont avaler et avaler en pensant que la faim les a tuées et qu’elles doivent ainsi se nourrir. Les anorexiques, elles, vont penser que la faim les a maîtrisées et qu’elles doivent maintenant maîtriser leur faim. Pour s’affranchir de ces blessures karmiques amenant alors des phobies inexpliquées et des maladies psychologiques, toute personne doit trouver un thérapeute pour réaliser de l’hypnose, faire un voyage astral, ou méditer pour remonter dans ses vies antérieures. L’objectif est de retrouver la blessure karmique qui mène à cette phobie ou maladie pour laisser le trauma de côté. D’autre part, il est commun d’expérimenter dans cette vie-ci des schémas répétitifs. Ceux-ci sont toujours liés au Karma et il est nécessaire de trouver la force de s’en sortir. Pour ce faire, la créativité est à l’honneur. Il est indispensable de vivre, d’agir différemment, même maladroitement, pour pouvoir se libérer de ces schémas. Einstein disait « la définition de la folie, c’est faire tous les jours la même chose en escomptant un résultat différent. » Le prise de conscience de son Karma passe également par l’observation des stigmates physiques de ses vies antérieures sur son corps. Les taches de vin traduisent soit une brûlure soit de l’acide qui aurait été jeté volontairement dessus. Les angiomes sont la trace d’un fleuret qui est rentré et ressorti du corps. Les gros grains de beauté traduisent un gros coup de poignard ou l’impact d’un fusil… (davantage d’explications dans le livre de Sandrine MULLER). En avoir conscience permet ainsi de se libérer de ses vies antérieures. Prendre conscience de son Karma pour s’en affranchir est également possible en observant les maladies dont le corps souffre. Il existe trois causes à toute maladie ; la première est liée à ce qui est ingéré ou ce qui vient de l’extérieur. Nulle surprise de souffrir d’un cancer du poumon si deux paquets de cigarettes sont fumés par jour. La seconde cause est ce qui est appelé « la somatisation », c’est-à-dire la mauvaise gestion des émotions toxiques telles que la peur, le stress, l’anxiété, la culpabilité, la honte, etc. La somatisation est responsable de 95 % des maladies. Celle-ci se divise en trois sous-dossiers et le thérapeute doit se poser la question suivante : « à quel sous-dossier doit-on cette maladie ou ce blocage ?» Enfin, la troisième cause est liée au « contrat d’âme » puisqu’il faut mourir de quelque chose un jour. « Prenons l’exemple d’une personne qui ne trouve pas l’amour. En général je teste les 3 sous-dossiers : – Le 1er est la somatisation qui vient à cause d’un événement de la vie actuelle du patient. Dans notre exemple, peut-être que la patiente, à ses cinq ans, a vu son père frapper sa mère et que ce traumatisme s’est inscrit dans son subconscient empêchant toute velléité à faire confiance au sexe opposé. – Le 2ème sous-dossier est le transgénérationnel. A la naissance, nous héritons des traumas vécus par nos aïeux. L’épigénétique explique que chaque trauma a la possibilité de modifier le code génétique d’une personne. Donc, dans le cas de notre patiente qui ne trouve pas l’amour, peut-être que toutes les femmes de sa lignée maternelle sont des femmes qui s’assument seules. – Le 3e sous-dossier est le karma. Toute personne peut avoir un blocage ou une maladie parce qu’elle subit le karma. C’est-à-dire qu’elle reçoit le « retour du boomerang » de ce qui s’est produit dans une vie antérieure. Si nous reprenons notre exemple, notre patiente peut avoir d’énormes difficultés à trouver l’amour car son âme honore le vœu de chasteté qu’elle a formulé dans une vie antérieure lorsqu’elle était une religieuse dans un couvent. Dans ce cas, j’utilise la technique du « chemin de vie » (cf. « Les vies antérieures et le karma » aux Editions du Dauphin). C’est un protocole de recouvrement d’âme qui agit en remontant l’échelle du temps. Le principe est le suivant : je symbolise la vie de la personne sur le sol, l’instant présent étant à un bout de la pièce, la naissance à quelques pas plus loin, et juste après la symbolique de la naissance, il y a un long couloir qui représente toutes les vies antérieures. La patiente et moi nous installons face au mur dans la posture « instant présent » puis, en reculant les yeux fermés, nous remontons le temps dans sa vie tout en demandant au corps de nous arrêter à l’instant T de la vie antérieure où le trauma s’est fabriqué. Le subconscient sait instinctivement quand il doit s’arrêter. A ce moment-là nous sommes physiquement bloqués sur notre échelle de temps fabriquée par nos soins, car nos pieds refusent de bouger davantage. A cet instant, dans notre esprit, dans notre ressenti émotionnel, voire même dans notre ressenti physique, nous ressentons tout ce que la personne a vécu dans sa vie antérieure. Alors, j’exécute un rituel chamanique pour libérer la personne de son trauma. Fort de ces nouveaux changements dans le corps de la personne qui est alors régénérée et soulagée, le binôme patiente/moi-même marche fièrement en avant, sur une nouvelle ligne temps, jusqu’au point de départ étant la posture « ici maintenant ». Cette technique du chemin de vie qui est illustrée par moultes exemples dans mon ouvrage « Les vies antérieures et le karma » permet de libérer tous les traumas d’une vie antérieure, que ce soit une blessure karmique, un nœud karmique, ou tout autre trauma induit par la mémoire vivace de ce qui s’est produit lors d’une vie antérieure. Chaque personne qui me consulte sur plus de 2 séances visite au moins une fois une de ses vies antérieures avec moi, car il y a beaucoup de nettoyage à réaliser en ce moment à cause du karma. » Mais pour permettre de s’affranchir de son Karma, il est également nécessaire de se pardonner. Trouver la ressource pour pardonner est la plus belle chose qui puisse être faite puisque le pardon est l’énergie qui transmute, l’énergie ultime. C’est cet amour inconditionnel que l’Homme doit avoir dans la 5D qui est la clé pour trouver ce pardon. A la seconde où il pardonne, il réécrit l’histoire, il transforme son passé et fait pencher l’énergie du côté de la lumière.


1 605 vues